Etablissons des priorités pour réaliser l’important cette année / Let’s prioritize to accomplish what’s important this year

 

20170107_124245
Nouvelle année, pas de « bonnes résolutions » pour moi mais plus de priorisation et de planification certainement. Et surtout, profiter des bons moments! / New year, no « good resolutions » for me but certainly more priorisation and planification. And more than all enjoying good moments!

Bonjour à tous, Et très belle année à vous!

Démarrer une année (et non pas se laisser tirer par elle) est parfois un peu difficile, non?

Me concernant en tous cas, les premiers jours je me sens parfois comme coincée dans le « vortex » de la fin d’année, pas forcément sûre de ce que j’ai envie de démarrer, et avec le besoin qu’on me pousse un peu. Et puis finalement, je me mets un coup de pied aux fesses, moi même (j’ai le quadriceps souple avec tout le yoga que je pratique) et je me lance. Cette année en particulier, j’avais envie d’en faire quelque chose, mais sans savoir exactement quoi – d’autant que j’ai tendance à vouloir tout faire, trop faire, et à m’éparpiller.

Cette année j’ai voulu mettre toutes mes chances de mon côté pour réaliser l’IMPORTANT. Être dans le fond et la qualité, pas dans la quantité. Il a fallu que je me pose, que je « brainstorme », puis que j’établisse des priorités, et que j’élimine. Serait-ce l’année où je rejouerais plus souvent du piano? Ou je deviendrais experte en lacto-fermentation? Ou en couture? Ou j’apprendrais des arts martiaux? Tant de rêves et tant d’envies, mais par dessus tout pas envie de me disperser et de me laisser dépasser par la danse du temps.

Alors j’ai regardé toutes mes idées, et j’ai décidé de choisir ce qui est le plus important, uniquement. Simple non? Suivre le fil rouge. L’an dernier, j’ai posé les fondations de mon projet, grâce à des formations, des recherches diverses et variées, des expériences riches et souvent concluantes. Cette année, je veux continuer sur ma lancée, et même, passer à la vitesse supérieure. Je sais maintenant ce qui me passionne profondément, et je sais quels sont mes talents (ou du moins certains d’entre eux).

Donc, pas (ou peu) de couture pour moi cette année, pas (trop) d’expériences  de fermentation en tous genres, et sans doute moins de piano que ce dont ma part musicienne rêverait. Non, cette année, je veux me concentrer sur ce qui est le plus important. Sur ce qui ajoute de la valeur à la vie. Sur ce qui me rendra fière quand je serai vieille. Ma priorité n°1 sera donc d’avancer dans mon projet de vie – plus minimal (un gros chantier), plus végétal, plus compassionnel, et en pleine forme. Embrasser ma recherche de connaissance et mettre en pratique ce que j’apprends, chaque jour. Le yoga, la méditation, le minimalisme, des habitudes quotidiennes adéquates et la cuisine plant-based seront mes compagnons de route. Ma seconde priorité sera de partager mes convictions et mon mode de vie, à travers ce blog, à travers les échanges et les contacts avec ceux qui croisent ma route, et à travers d’autres canaux. Pour le reste, voir les enfants grandir, apprendre à profiter encore mieux des instants précieux, donner de l’amour, et être chaque jour plus authentique. Ce sera déjà bien assez.

ça n’a pas été facile de prioriser et d’accepter d’emblée que tout ne serait pas faisable. Là dessus, il me faut aller à l’encontre de ma tendance naturelle pour mieux avancer. Maintenant que c’est fait, je me sens prête pour embrasser deux-mille dix-sept!

Et par ailleurs je ne ferme bien sûr pas de portes, et saisirai les opportunités que la vie m’envoient et qui feront sans doute évoluer mes projets…

Et vous, comment voyez-vous cette nouvelle année? Quels sont les projets qui vous tiennent à coeur?

Passez une belle journée et prenez soin de vous!

Namaste

English version

Hello everyone and Happy new year to you!

Starting the new year – and not being dragged by it – is sometimes a bit difficult, don’t you thing?

At least for me,  the first days I’m sometimes a bit stuck in the end of year « vortex », not really sure of what I want to start, and feeling the need to be pushed a little bit. And then I kick my own ass (my quads are quite flexible with all the yoga) and I get started. This year in particular I wanted to do something special but did not really know what. And I tend to do everything,  too much, and then get scattered.

This year I wanted to create my own luck and do what’s really important to me. So I had to think, brainstorm, prioritize, and eliminate. Would it be the year where I would play the piano more often? Would I become an expert in lacto-fermentation? Would I start sewing? Or learn martial arts? So many dreams and wants, but more than anything the will not to be overwhelm by the dance of time.

So I looked at my ideas and decided to move forward only with the most important stuff. Simple uh? Follow the red string. Last year I built my life project’s foundations, thanks to trainings, research, and rich experiments. Now I want to go further. I know what I’m passionate about, I know my talents (at least some of them).

So, probably not a lot of sewing for me this year, not a lot of lacto-fermentation experiments, and less piano than what my musician self would dream of. No. This year I want to focus on what’s most important to me.  On what I’ll feel proud of when I’m old. First I want to move forward in my life project – more minimal (a big project in itself-, more plant-based, more compassionate, and in great shape. I’ll embrace my thirst for knowledge and put in on practice on a day to day basis. Yoga, meditation, minimalism, proper self-care habits and plant-based cooking will be my companions. My other priority will be to share my convictions and my lifestyle, through the blog, through exchanges with the people I meet, and other channels. And seeing the kids grow, enjoying precious moments, giving more love, and being a little bit more authentic each day. And it will be more than enough.

I must say it was really not easy to prioritize and accept that I could not do everything. I had to counteract my natural tendency to move forward. But now that it’s done I can embrace 2017!

And of course I’m not shutting the door to opportunities Life may send me, as those might alter my projects a bit!

And you, how are you starting this new year? What are the projects you really want to carry?

Have a wonderful day and take care!

Namaste

 

 

 

Six raisons d’avoir moins de trucs – Six reasons why it is cool to have less stuff

 

20160801_183129
Les meilleurs moments n’ont pas besoin de grand chose…/ Best times do not need stuff!

Bonjour à tous!

Aujourd’hui j’ai envie de vous expliquer un peu plus ce que m’apporte le fait d’avoir moins de choses et de tendre peu à peu vers un mode de vie plus minimaliste. J’ai listé six éléments…Mais il y en a bien d’autres.

Si vous vous reconnaissez dans certaines de ces affirmations, alors avoir moins peut sans doute aussi vous apporter beaucoup!

1/Je suis facilement débordée par les objets

J’ai la sensation que le bazar matériel s’immisce dans mon esprit. Et c’est un fait, j’ai l’esprit plus clair lorsqu’il y a moins de choses autour de moi. Il m’a fallu du temps pour le réaliser car naturellement je tends à laisser traîner mes affaires…Et ma définition d’une pièce « rangée » a évolué avec le temps. De même que, lorsque mes placards sont trop remplis de vêtements, je ne vois plus rien et j’ai l’impression de n’avoir rien à me mettre, alors qu’avec quelques pantalons et tee shirts bien entreposés, j’y vois tout de suite plus clair.

2/Loin des yeux, loin du coeur (ou « ce que je ne vois pas n’existe pas »)

Je tends à oublier ce que je ne vois pas (nous avons toute une robe oubliée au fond de l’armoire non?). Et, lorsque je ne vois pas les objets je crains parfois de les avoir perdus. Et je ne vais pas passer ma vie à prier Saint Antoine de Padoue…J’essaie donc d’avoir moins de choses à ranger, et donc moins de choses à perdre ou à oublier, moins de choses au sujet desquelles m’inquiéter.

3/Je ne suis pas une passionnée du ménage et j’aime me simplifier la vie

Avoir beaucoup d’affaire, c’est avoir beaucoup d’affaires à ranger, à nettoyer, ou encore à déplacer lorsqu’on fait le ménage. Pensez aux trente paires de chaussures entreposées dans le couloir qu’il faut déplacer à chaque passage d’aspirateur, ou à vos huit flacons de shampoing/gel douche (dont vous utilisez le quart) sur le rebord de la baignoire. Ou encore à votre commode recouverte d’objets en tous genres. Eliminer (ou plutôt sélectionner) c’est se simplifier le quotidien et la logistique.

4/J’aime l’idée de pouvoir déménager sans ce que soit un calvaire

Alors là c’est purement personnel, mais j’ai beaucoup déménagé par le passé et chaque déménagement me rappelle à quel point le fait d’avoir moins de choses vous simplifie la vie. Ai-je vraiment besoin de l’expliquer plus? Moins de cartons à faire, à défaire, d’abord. Et moins de culpabilité à déballer des affaires dont on ne se sert jamais. Je préfère être sûre que ce que j’emporte avec moi m’apporte vraiment quelque chose, et plus rien ne m’accompagne par « automatisme »!

5/J’aime avoir plus de temps

Avoir moins de choses c’est avoir plus de temps, tout le temps. Et oui: moins de temps à faire du shopping pour des choses dont on n’a pas besoin, moins de temps de nettoyage, de repassage, de ménage, moins de soucis et de réparations. Le samedi, un brunch, un cinéma, une séance de yoga ou encore une balade dans la nature sont mille fois plus agréable et plus économiques qu’une séance de shopping!

6/J’aime avoir l’impression de gâcher moins d’argent

Celle-là est un peu douloureuse. Avec le temps, quand on regarde ce qu’on a dans ses placards et qu’on fait les comptes…ça peut faire mal au coeur. Quand on dépense une centaine d’euros – ou plusieurs – pour une tenue qu’on porte une fois, est-ce que ça en vaut vraiment la peine? Alors je ne dis pas qu’il faut être en uniforme au quotidien…Mais essayons d’acheter ce qui nous plaît vraiment, et qui nous plaira encore dans quelques mois. Et pour les achats un peu farfelus, privilégions les accessoires ou quelque chose de pas trop onéreux. Parce qu’au final, c’est un morceau de voyage de rêve ou de plan retraite qu’on a peut être dépensé. Donc autant que ça en vaille vraiment la peine!

J’ai encore beaucoup trop de choses évidemment, mais je progresse un peu chaque jour. Et lorsque l’envie de faire des achats (compulsifs) me vient, je pense à toutes ces raisons…Et je fais autre chose à la place. Vous le pouvez aussi!

Profitez de votre journée et prenez soins de vous,

Namaste

English version

 Hi everyone!

Today I want to talk about why I try to own less stuff and what it brings me as I’m moving towards a more minimalistic way of living. I listed six elements, but of course there are others.

So if you feel that this also happens to you, maybe having less stuff will help you too!

1/I am easily overwhelmed by stuff

When there are too much stuff around me, I feel like there is too much stuff in my mind, it is less clear. And it is definitely more efficiently when the environment is tidier. It took me some time to realize this as I may be a bit scattered naturally… It is the same with my wardrobe. When it is too full, I do not see anything anymore and I fell like I have nothing to wear. On the contrary, which few things that I like, the choice is much easier!

2/Far from my eyes, far from my heart (what I do not see does not exist? »)

I tend to forget the things I do not see. Or to think that I have lost them. So when I have less stuff, it is less stuff to put away, to forget, to loose, to worry about. Great!

3/I am not a big fan of cleaning and I like to make my life simpler

When you have a lot of stuff, it means a lot of stuff to put away and to move when you want to clean. Think of the thirty pairs of shoes in the corridor, that you have to move each time you want to hoover. Or think of the dozen of bottles of shampoo that hang around in your bathtub. Wouldn’t it be much simpler without that?

4/I like the idea of being able to move out without it being a nightmare

I moved out and moved in a lot in the past and each time I’m reminded of the wonder of having less stuff. Do I really need to explain myself more here? Less boxes to fill and to empty, less guilt about stuff that you took with you but do not really need or want. Now nothing that I do not really care about shall accompany me.

5/I like having more time

Having less stuff is having more time…All the time! You spend less time buying, putting away, caring of stuff,  and less time cleaning, loosing, worrying about stuff. On a saturday, going to a brunch, a movie or a yoga class, or walking in nature is so much more fulfilling than shopping. And it is cheaper also!

6/I like having the feeling that I’m throwing less money away

This one is a bit painful. With time, when you look at your stuff and do the addition, it might hurt a bit. About clothes for example, is spending hundred of euros for something we only wear once or twice really worth it??Let’s buy what we really like on a long term basis, and let’s save a bit of money for a few eccentric accessories or cheap clothes if we like it…But not too much! In the end it may be a piece of a dream travel or of our pension plan that we are spending, so let’s be wiser, more often.

I still have too much stuff…But I’m working on it!And when I’m tempted by compulsive shopping, I think of all those reasons and I finally choose to do something else. So can you!

Enjoy your day and take care,

Namaste!

Minimalisme – Simplifier pour Maximiser sa vie? / Minimalism – Simplifying to maximize your life?

20160421_161833
RIEN sur la commode? Really? – NOTHING on the top of the chest of drawers? Vraiment?

 

Bonjour à tous!

J’ai longtemps été partagée entre un fort intérêt pour la spiritualité, les idées et les expériences; et des habitudes très matérialistes.

Alors que j’ai toujours aimé profiter des moments plus que des choses, alors que je me suis jamais imaginée m’épanouir entourée d’une collection d’objets achetés, mais plutôt passant de bons moments auprès des miens, j’ai toujours beaucoup (trop) acheté (et je continue).

Une passion pour la mode et les tendances, et quelques années passées dans l’industrie du luxe et l’internet n’ont évidemment pas arrangé les choses, les ventes privées étant globalement presque plus une malédiction qu’une aubaine à mon avis, quand on a la carte bleue facile.

ça fait déjà des années que je sais et surtout, que je sens, que ce mode de vie (trop) consumériste n’est pas pour moi. Des années que je tourne autour de la question et procrastine, sans trouver les moyens d’agir.

Et puis, il y a eu cet énième déménagement, prévu alors que j’étais enceinte, et à l’étranger cette fois-ci. Pas questions de trimballer les affaires non utilisées depuis des années…Il a fallu trier. Quand j’y repense, c’était l’occasion rêvée.

Cette première étape a été une révélation. Se débarrasser de cartons de vêtements et chaussures, donner 90% de ses livres, c’est très culpabilisant mais aussi assez jouissif. J’ai été heureuse de savoir que d’autres appréciaient – et allaient porter – ces vêtements non utilisés, et lire tous ces livres que j’avais appréciés – ou pas. Sans parler du bonheur d’avoir des étagères enfin rangées, des placards débordant moins de choses. Et de ne plus crouler sous les affaires inutiles, avec en plus la culpabilité de ne pas les utiliser.

Bref, c’est comme ça que j’en suis venue à l’idée du minimalisme. Avoir moins de choses représente aujourd’hui un luxe. Le luxe du temps non passé à acheter, entretenir, ranger, et se soucier de choses dont on n’avait pas besoin au départ. Je débute à peine ce voyage: mes placard sont encore trop pleins, et j’achète encore beaucoup. Je suis une minimaliste très, très débutante. Mais je compte continuer sur cette voie et m’améliorer. Et globalement, repenser mon mode de vie autour de cette idée.

En effet, le minimalisme ne se limite pas à moins acheter, il englobe aussi le fait de repenser son mode de vie et ses priorités pour simplifier et se recentrer sur ce qui est important pour nous. C’est vaste! Comme il faut bien commencer quelque part, je commence par les « choses »  car j’aime démarrer par quelque chose qui m’apportera des résultats visibles rapidement.

Je suis donc en plein chantier,  j’avance un peu chaque jour, et c’est passionnant.

Pour le moment, j’ai un défi à relever: pas d’achats de vêtements ou d’accessoires jusqu’au 1er juillet. Non pas pour me ruer sur la deuxième démarque des soldes d’été, mais parce que je n’ai objectivement besoin de rien (mais suis très sensible aux appels du pied des marques). Deux mois et demi, pour moi, c’est déjà trèèès long.

En tous cas je partagerai avec vous ce processus et mes progrès!

Et vous, que pensez-vous d’un mode de vie plus minimaliste? Êtes vous satisfaits de votre mode de consommation?

Profitez de votre journée et à bientôt!

English version

Hi everyone!

I’ve always been shared between an interest for spirituality, ideas and experience; and very materialistic habits.

Although I have always been enjoying moments rather than things, and I have never imagined a happy Me surrounded by a collection of bought stuff- but rather spending nice moments with my loved ones, I have always been buying too much things.

The fact that I have been pretty fond of fashion and trends, and that I worked for a few years in the Luxury and fashion industry, and then in the Internet industry, may have worsen this. And I now think that private sales are an affliction more than an opportunity, when you are quick at drawing your credit card!

I have had the sense for years now that this does not make me happy. I have been looking for a way to change without finding my solution. And then, there was our last move, planned as I was pregnant, and abroad. Taking all of our useless stuff was out of the question. When I think of it, it was the perfect opportunity.

This first step was kind of an eye-opener. I felt very guilty getting rid of boxes of clothes and shoes, but it was also very liberating. I was happy to know that other people would read the books I had liked – or not, and would wear those clothes and give them another life.  I was also happy to see more space on our shelves, and to not be encircled by useless stuff – feeling guilty of not using them.

This is how I started thinking of minimalism. Having less stuff seems like a luxury to me: the luxury of not having to buy, store, care, and worry about stuff that we did not even need to begin with. I’m only starting this journey and I’m a real beginner: my wardrobe is still too full, and I still buy too much. But I’m improving everyday and I’m starting to re-think my life around this idea.

Indeed, minimalism is not only about having less stuff, but it can be about simplifying your life to re-focus on the important and thrive. It is very broad, but to start I like to focus on something which will bring me visible results quite « quickly ».

So I’m king of building now (or un-building) and I’m excited about this!

First I set one objective for myself: not buying clothes or accessories until the 1st of july.  Not because I want to wait for the end of season sale, but because I truly do not need those things now but I’m very receptive to the brand’s marketing. And two months and a half is really long for me!

Anyway, I’ll share with you this process and my improvement!

So what do you think of minimalistic ways of life? Are you happy with your consuming lifestyle?

Have a wonderful day and take care!

Namaste