Donc ça y est, je vieillis. Vraiment? / So here it is, I’m getting older. Am I?

img_20161213_151250
« Pas encore arrivée » certes mais curieuse de voir jusqu’où j’irai…Et comment! « Not there yet » yes, but looking forward to seeing where I’ll go and how!

 

Donc, demain c’est mon anniversaire. Et un grand.

Mes sentiments ont été très mélangés ces derniers jours, entre l’excitation d’entamer une nouvelle décennie, et la tristesse – quand même un peu, oui – de quitter celle-ci.

Et j’ai envie de dresser un petit bilan des dernières années. Rapide, très résumé, car il s’est passé tant de choses. Lorsque je les regarde, j’éprouve énormément de gratitude. J’ai l’impression que cette décennie a été d’une richesse infinie. Il y a eu des épreuves et des blessures évidemment, des virages, des nids de poules. Mais surtout…Que de chemin parcouru! Et que la route est belle! Globalement, je me sens tellement mieux qu’il y a dix ans. Tellement plus heureuse, tellement plus apaisée, et tellement plus proche de ce que je suis, au fond de moi. J’ai tombé de nombreux masques, renoncé à des choses – ou des concepts – qui ne me servaient pas vraiment. Et je me suis enfin mise sur MA route.

Parmi ce dont je suis le plus reconnaissante: la construction d’un amour solide et profond, la chance d’avoir accueilli deux être extraordinaires dans notre famille, le retour de la spiritualité dans ma vie, la découverte du yoga et de la méditation, et grâce à ceci la redécouverte de moi-même. La compréhension et l’acceptation de ma vision du monde. Un sentiment d’amour infini pour ma famille. Bon, et puis des aventures professionnelles enrichissantes – mais surtout celle que je souhaite démarrer à présent.

Il y a certaines choses dont je suis particulièrement fière, aussi. Car si un adjectif devait qualifier cette décennie, pour moi, ce serait le courage. J’ai surmonté des difficultés de santé conséquentes, sans jamais abandonner. J’ai laissé tomber mes artifices superflus, accepté mon imperfection. J’ai donné la vie, deux fois,  dont une « au naturel » (à la maison, avec l’aide de mon mari, true story). J’ai élevé nos enfants (de loin mon boulot le plus difficile!), en faisant de mon mieux. Et j’ai enfin écouté et suivi ma vocation, au détriment -peut être – de l’idée que je me faisais de mon statut social.

Il y a eu des apprentissages, que les épreuves traversées m’ont apportés. ça, j’ai tant appris ces dernières années…A chaque difficulté, à chaque erreur son enseignement. Souvent douloureux, mais toujours précieux. Savoir que la santé n’est pas un acquis. Savoir que quand on n’écoute pas son coeur, le corps finit par s’exprimer plus fort. Savoir que donner toute son énergie pour de grandes entreprises n’a pas forcément de sens – enfin pour moi. Savoir garder la bonne distance. Savoir que l’ambition professionnelle, ce n’est pas forcément grimper les échelons. Savoir que rien n’est plus précieux que la vie, et en particulier d’un enfant. Et qu’en accueillir est une chance dont on n’a parfois pas assez conscience.

Et bien sûr, des éléments que je souhaiterais améliorer à l’avenir. Tant de choses, tant de choses…J’espère vivre très vieille pour pouvoir progresser le plus possible, mais je sais bien que tout peut s’arrêter demain. Donc: ne pas procrastiner, surtout, car chaque instant est précieux. Être (encore) plus authentique, vivre ma vérité, sans me soucier de mon  image. Exprimer – plus – mon amour aux Êtres que j’aime. Travailler sur ma colère…C’est un chantier entamé mais bien loin d’être terminé. Reconnaître que mes émotions sont ma force, mais sans me laisser déborder. Savoir regarder mes blessures en face, avec moins de résistance, et plus de compassion. Aller au delà de mes peurs, avancer, avancer.

Voilà, le bilan est dressé.

J’ai beaucoup pleuré, j’ai beaucoup ri, j’ai tant appris.

Merci la vie, continue comme ça, s’il te plaît.

Et vous, lorsque vient votre anniversaire, est-ce que vous vous sentez un peu émotifs? Et est-ce que vous aimez dresser des bilans pour avancer?

Profitez de votre journée et prenez soin de vous!

Namaste

PS: la photo…Je pratique le yoga depuis des années mais je n’avais jamais approché « hanumasana » avant ces derniers mois, tant j’en avais peur. Peur de craquer un ischiojambier ou quelque chose comme ça…Bref j’ai fini par essayer. Régulièrement. Sans attendre de résultat, juste essayer, comme une petite expérience. Et là, maintenant, le sol est tout près. Bref, je vieillis, mais j’apprends, et je rajeunis, quelque part.

English version

So, tomorrow it’s my birthday. And a BIG one.

I had pretty mixed feelings those days – excited to start a new decade, but also quite sad to exit this one. 

And I feel the need to summarize on paper those last ten years. When I look at them, I feel very deeply grateful. I feel like this decade has been so very rich. There were ordeals and wounds of course, there were turns, there were pot-holes. But more than anything…What a journey, and I enjoyed the road so much! Globally I feel so much better than ten years ago. So much happier, so much more peaceful, so much closer to what I really am. I abandoned some masks, renounced to things – or ideas – that did not really serve me. And I finally decided to follow my own path.

Among the things for which I’m the most grateful: having been building a strong and deep love, having welcomed two wonderful Beings into our family, welcoming back spirituality into my life, the discovery of yoga and meditation – and through this the re-discovery of myself. The understanding and acceptation of my own vision of the world. A feeling of infinite love for my family. And rewarding professional adventures of course, and especially the one I’m starting now.

There are things that make me especially proud, also. If I had to choose one adjective to define this decade, it would be courage. I came across and overcame health hardships without giving up. I gave up some unnecessary artifices, accepted my imperfection. I gave birth twice – and one completely « naturally », at home helped by my husband. I raised the kids – most difficult job ever – doing my best every day. And I finally listened to myself and followed my path, even though it means a less brilliant social status.

There were many things I learnt from my hardships and errors. I learnt so, so much those years. For each challenge, each error, I learnt something. It was often painful, but always essential.  Knowing that health has to be taken care of, and that when you do not listen to your heart, the body starts screaming. Understanding that giving all our energy to big companies makes no sense – at least for me. Keeping the right distance. Knowing that professional ambition may not mean promotion or this kind of corporate stuff. Understanding that nothing is more important than life – especially life of kids – and that welcoming a child is a gift – which we sometimes are not aware enough.

And of course so many things I would like to improve – I hope I’ll grow very old to take care of all of that. But I also know that everything can stop tomorrow. So, avoiding procrastination, as each instant is precious. Being (even) more authentic, closer to my truth, without caring for what other people think of that. Express – more – my love for the People in my life. Working on my anger – that a big project I started but it is so far from being done. Recognize that my emotions are a strength, but not being overwhelmed. Being able to look at my wounds with less resistance and more compassion. Being afraid, and doing things anyway. Doing, being.

That’s it.

I cried a lot, I laughed a lot, I learnt so much.

Thank you life, thank you so much, please continue like that.

And what about you, are emotional when it’s your birthday? And do you like to assess the past to move forward?

Enjoy your day and take very good care of you!

Namaste

PS: about the picture…I have been practicing yoga for years but I did not approach « Hanumasana » before those last months. I was to afraid I might tear my hamstring or something like that. And then one day I tried. And tried again. Without any expectations, just as an experiment. And now the floor is so close. Anyway, I’m growing older, but I’m learning, and getting younger in a way.

 

Publicités

Offmymat – Le yogi serait-il un abominable granivore? / Is the yogi an abominable seeds eater?

20151226_214222
ça c’est vegan et c’est super bon – et devinez quoi? Le vin aussi! Et c’est au Café Pinson à Paris – So, this is vegan food – and guess what? Wine is too!

 

Bonjour à tous!

Ce sujet m’amuse et est souvent objet de curiosité, donc je vous en parle.

Il semblerait que celui qui pratique le yoga soit facilement désigné « coupable » d’emblée de végétarisme  (ne consomme pas de viande) – voire pire, de véganisme (végétalisme – ne consomme pas de produits animaux). Ceci, parfois sur un ton à la limite de l’insulte: du style « hey tronche de vegan ». Qu’on l’imagine tel un ascète, se tenant à l’écart des plaisirs de la vie (qui se résument à l’entrecôte et aux pieds de cochon, c’est bien connu!), voué au malheur et aux feuilles de laitue blanchâtres. Ou juste comme un être un peu bizarre mais en tous cas peu respectueux de notre culture (blanquette, de veau pot au feu, what else?). Le mélange yoga/ végétarisme/ véganisme…granivore est facile et rapide, et vient souvent avec une image très négative!

Il est vrai que le yoga est sous-tendu par le principe de non-violence, « ahimsa ». Ce principe s’applique à l’ensemble de notre vie: non-violence envers nous-même, envers les autres, l’environnement, par nos actes et nos pensées. Il en découle assez naturellement que beaucoup de yogis sont/ ou deviennent avec le temps végétariens. Mais ceci n’a rien d’obligatoire, et je n’ai jamais vu un professeur de yoga enjoindre ses élèves à un tel changement! D’autant plus qu’on peut aussi tout à fait pratiquer le yoga sans s’intéresser à la philosophie sous-jacente.

En revanche, le principe « Ahimsa » implique de faire ses choix en conscience, et de favoriser la moindre violence, les yogis non végétariens auront donc plutôt tendance à choisir des circuits ciblés (en gros et selon mon interprétation, éviter d’acheter des produits animaux issues de filières industrielles « violentes » et favoriser le bio et les petits producteurs).

En plus de la volonté du respect de l’environnement et du refus de la violence inutile pour nous nourrir, le végétarisme s’accorde avec la logique de respect du corps et de l’esprit inhérente au yoga: on va préférer quelque chose qui va nous faire du bien, du point de vue du goût mais aussi de la santé et de la clarté de l’esprit! Et beaucoup de  yogis ont souvent tendance à considérer que la tartiflette ne facilite pas la pratique ou la clairvoyance (si vous avez déjà fait l’expérience d’une après-midi au bureau post fondue, vous savez de quoi je parle)…Mais si elle produit l’effet inverse chez vous il faut y aller!

Ainsi, si le végétarisme semble un choix assez naturel pour beaucoup de pratiquants (un peu assidus) du yoga, ça n’est pas DU TOUT une obligation, même s’il me semble qu’ils consomment moins de produits animaux que les non-yogis (pour les raisons sus-citées: la qualité et la moindre violence ne se trouvant généralement pas à moindre coût!). Beaucoup de yogis ne consomment pas du tout de produits animaux (« vegans »). C’est souvent mon cas à mon domicile, mais à l’extérieur je suis plutôt végétarienne pour des raisons de praticité – et parce que la flexibilité est importante pour moi.

Par ailleurs, contrairement à l’image qui perdure dans certains milieux, du vegan pâlichon grignotant tristement sa feuille de laitue ramollie et sa rondelle de tomate, l’alimentation végétarienne et vegan est extrêmement diversifiée et la cuisine végé est excellente! On n’a pas conscience de la variété de plantes comestibles – et délicieuses – disponibles (et les plantes ne se résument pas aux salades et aux tomates – pensez céréales, légumes secs, fruits, noix, graines… et tous leurs dérivés)! Et si le non-végétarien imagine que le vegan est forcément malheureux d’être privé de blanquette, le vegan imagine l’omnivore malheureux de ne pas connaître les beurres de noix et autres délices « plant-based »! C’est une question de culture, et d’ouverture. Respectons-nous donc!

N’oublions pas cependant qu’il semblerait que du point de vue de la santé, on ait tous intérêt à consommer plus de plantes et (beaucoup, beaucoup) moins de produits industriels!

Je reviendrai sur le sujet prochainement pour partager avec vous des blogs de cuisine végétariens délicieux et des recettes « plant-based ». Même sans avoir envie d’être végé on peut apprécier un repas sans viande!

Prenez soin de vous et profitez de votre journée!

English version

Hello everyone!

This topic is kind of funny to me and often attracts curiosity so I’ll talk to you about it.

It seems that when you practice yoga, some people automatically think that you are « guilty » of being a vegetarian (oooooouuuuuh!) – or worse, a vegan (a what?)! – This is sometimes stated as a kind of insult (like, « you damn vegan! »). Those same people imagine you as an ascetic person, isolated from life’s pleasures (which can only be beef or pork legs of course!), condemned to unhappiness and white-ish lettuce leaves. Or they just imagine you as a strange person, disrespectful of our culture (« blanquette de veau » or « pot au feu » being the kings of my homeland). Confusing yoga/ vegetarism/ veganism happens quickly, and this confusion often occurs with a poor image!

What is true is that yoga is based on the « non violence » principle, ahimsa, which is primordial in all areas of our lives: with ourselves, other people, and the environment, in our actions and thoughts. So, naturally, many yogis are vegetarian (do not eat meat) or even vegans (do not eat or use animal products), but it is not required at all and I have never met a yoga teacher ordering that! Also, many people do practice yoga as a physical exercice, without being interested in the philosophy.  

However, « ahimsa » involves that you do things consciously, and that you do prefer prefer less violence, so most yogis I know – when they do want to buy animal products – tend to choose targeted distribution channels (they mostly avoid big industrial violent channels).

In addition to respecting environment and refusing useless violence, vegarism and veganism are pretty in line with the yogic idea of respecting the mind and body. We tend to prefer things that are going to love us back – which taste good AND are good for our body and mind! And we tend to consider that « tartiflette » (a French dish loaded with cheese and pork) is not ideal for practicing and for the clarity of the mind.

Thus, vegetarism seems pretty natural to many yogis BUT it is not at all an obligation. Many are even vegan, which means that they do not eat or use animal products. I admire that but I’m eating vegan only at home generally, and outside I’m vegetarian, as I like going out and I favor flexibility in my way of life.

Contrarily to what many people many think – especially in my homeland cheese and meat based food culture – vegetarian and vegan food is very diversified and delicious. We generally are not aware of all the delicious plants that we can use! (think grains, lentils, beans, nuts, fresh or dried foods, seeds, and all that we can do with it).  And when the non-vegetarian imagines that the veggie must be unhappy of missing « blanquette », the vegetarian feels sorry for the non-vegetarian who is missing nuts butters and other plant-based great foods! It is all a question of culture and mind-openness. Let’s all respect each others!

Just let’s not forget that we would all benefit from eating much more plants and less industrial products!

I will share with you great cooking blogs and vegetarian recipes, as you can enjoy a meatless meal even if you are not vegetarian or vegan!

Enjoy your day and take care,

Namaste