Utiliser sa voix et agir – Use your voice and act

20160717_122859
Notre environnement ne peut pas attendre encore des années qu’on se réveille! / Our environment cannot wait anymore for us to act!

Bonjour à tous!

ça fait des semaines que je pense à écrire…Mais la vie est arrivée avec son lot de surprises, de voyages de virus en tous genres.

Et si je n’ai pas publié sur le blog ces derniers mois, je n’ai pas pour autant abandonné l’écriture, bien au contraire. J’ai écrit chaque jour, sur un sujet qui me tenait à coeur depuis des années. Ce récit m’a accaparé l’esprit pendant des semaines, et je suis assez fière d’en être venue à bout!

Ce projet étant à présent achevé (ou presque), je peux revenir ici et consacrer mon temps d’écriture aux autres sujets qui me tiennent à coeur, et que j’ai envie de partager avec vous!

Dans mon dernier article, je mentionnais ma volonté de partager sur ce qui me paraît essentiel aujourd’hui; et en particulier le respect de nous même, de tous les autres, et de notre environnement. J’ai deux enfants, et je ne veux pas qu’ils grandissent dans un monde que j’ai participé à détruire. Je ne veux pas non plus qu’ils souffrent de maladies chroniques ni qu’ils soient déconnectés d’eux-mêmes et de leurs valeurs. Et je veux qu’ils grandissent avec comme principes l’amour, le respect, la responsabilité et la compassion. Je ne peux donc plus me taire sur ce qui est important, je ne peux plus m’enfouir la tête sous le tapis et espérer que tout change, miraculeusement.

Le respect des autres et de l’environnement aujourd’hui passe en priorité par la diminution de la part des produits animaux dans notre alimentation. Oui, vous avez bien lu. Peut-être que vous ne voyez pas le lien avec la dégradation de l’environnement, la pollution, la déforestation etc.? Eh bien sachez que l’impact d’une alimentation basée sur la consommation de produits animaux sur les gaz à effet de serre est vingt fois supérieur à celui d’une alimentation sans animaux. Que l’élevage utilise soixante dix pour cent des terres agricoles et trente pour cent des terres émergées. Sans parler de la consommation d’eau liée à l’élevage. Je passe sur le reste – pour aujourd’hui – mais de fait, si vous tenez à la santé de notre environnement, si vous voulez donner aux générations futures l’espoir d’évoluer sur une planète vivable (voire en meilleure santé qu’aujourd’hui), il faut réduire drastiquement la part des animaux dans votre alimentation.

Mon discours ne plaira pas à tous, certes. Très (trop) peu sont informés de ces problématiques dans mon entourage: on préfère mettre la dégradation de l’environnement sur le compte des autres, des voitures, de je ne sais quoi…Alors qu’il suffit de changer le contenu de son assiette. Je suis végane pour ma part à quatre vingt-dix neuf pour cent (je fais quelques concessions à l’extérieur, notamment lorsqu’un membre de la famille, qui a fait l’effort de prévoir un plat sans « animaux », oublie que le beurre est aussi un produit animal), mais suis sortie du placard assez récemment. Avant, je n’avais pas envie de me battre, pas envie de rentrer dans des débats compliqués avec un entourage n’évoluant pas sur la même longueur d’onde. Je me rends compte à quel point ma démarche était hypocrite voire égoïste. Et à quel point je dois utiliser ma voix, chaque jour de ma vie, pour faire avancer le sujet.

Je ne dis pas que tout le monde doit devenir végan aujourd’hui. Je me rends à quel point la transition peut être compliquée culturellement pour certains, ne serait-ce que parce qu’en France par exemple, la viande est souvent le centre du repas, ou encore parce que les produits laitiers renferment des substances addictives qui donnent l’impression à leurs consommateurs qu’ils ne pourraient pas vivre sans. Déjà, réduire drastiquement sa consommation d’animaux et produits dérivés (notamment les produits laitiers et oeufs) serait un grand pas. Choisir de ne plus consommer de produits animaux au déjeuner, ou au dîner par exemple. Remplacer son lait de vache par un lait d’amande. Découvrir qu’un bon plat mijoté complètement végétal est largement aussi – voire plus – satisfaisant qu’une blanquette de veau, avec un énorme bonus en terme de compassion et de problèmes de santé (je reviendrai dans un article suivant sur les questions de santé of course!!)

Bref, pensez-y, et surtout, agissez. Et si vous avez besoin de conseils pour faire la transition, au moins partiellement pour le moment, n’hésitez pas à me contacter, posez des questions. Le sujet est crucial. C’est maintenant qu’il faut agir. Pas dans vingt ans. Pas dans deux ans.  Maintenant. Faîtes le pour vous, pour vos frères et soeurs, vos amis, vos enfants. Pour tous ceux dont vous voulez qu’ils puissent profiter de cette planète.

Si vous êtes arrivés jusqu’à la fin de l’article, si vous choisissez d’agir, je vous remercie du fond du coeur.

Prenez grand soin de vous et de votre planète,

Belle journée à vous

Namaste

English version

Hello everyone!

I have been wanting to write this for month now, but Life happened!

And if I did not write here for the last month, I did not stop writing for a personal project that had been very important to me for the last fifteen years. It is finally (almost) over now, so I can dedicate my writing time to other topics that are very dear to me and that I want to share with you!

In my last article I mentioned the fact that I wanted to write about topics that are essential to me. One of those is respect towards ourselves, the others, and the World. I have two kids and I do not want them to grow in an environment that I have contributed to destroy. Also, I would like them to avoid suffering from chronic illnesses or being disconnected from themselves or there values. And I want them to grow up with principles like love, responsibility, respect and compassion. So I cannot shut up about what is important anymore. I cannot hide my head below the carpet and wait for something to change.

Today, respecting others and the environment means decreasing the proportion of animal foods in our plate. Yes. Maybe you do not see the relationship between this and deforestation, climate change, pollution, etc. But the truth is that the environmental impact of animal based alimentation is much bigger than the impact of plant based alimentation. That livestock farming uses seventy percent of farming lands and thirty percent of emerged land. And I do not even talk about the use of water for livestock farming, or about the rest. If you care about your environment and the future generations, the first and most important right thing to do is to drastically decrease the proportion of animal food you are consuming. 

I’m not gonna please everybody here. The majority of people I know are not very informed or are not acting on this. We generally prefer to think that the degradation of our environment is caused by other industries, by cars…anything but us. The truth is that you just need to change what you buy and what you eat. I am ninety nine percent vegan (I make some concessions when needed, for example if a family member made the effort of preparing a no-meat meal and forgot that butter comes from…a cow). But I got out of the closet recently, as before that I did not with to disturb or to debate with family members who are not aware of all of this. But I realize that I was hypocrite and selfish doing that. I must use my voice, everyday, and keep moving about this.

I am not saying that everybody should go vegan right now, as I realize that it may be culturally difficult for some. I’m French and there meat is the masterpiece of meals. And people eat a lot of dairy (thinking they could not live without it, and not knowing that dairy contains addictive substances that make you think that…). Reducing your consumption of animal products would already be a big step. Choose not to eat animal food for one meal a day for example, and go from there. Use almond milk instead of cow milk. Discover that a hearty vegan stew is even better than blanquette de veau, with a bonus of compassion and a reduction of health issues.

Anyway, think of this and more than all, act on it. And if you need any help with that do not hesitate to contact me and ask questions. This is a crucial topic and we have to act now. Not in twenty year, not next year. Now. For yourself, your brothers and sisters, your children, your friends, for anybody you think deserves enjoying this planet.

If you read the entire article, if you choose to act on this, I thank you from the bottom of my heart.

Take very good care of yourself,

Enjoy your day,

Namaste

 

 

 

Publicités

Une petite mise au point et c’est reparti – Back after a few adjustements

20160710_101442
regarder autour de soi, y voir l’harmonie!- Nothing beats Mother Nature’s harmony

Bonjour à tous,

ça fait bien trop longtemps que je n’ai pas écrit sur le blog, et j’ai eu bien du mal à me poser pour rédiger cet article – et pourtant ça n’est pas faute d’avoir des choses à raconter! J’ai juste probablement manqué d’assurance pour vous en parler, car à cette période de ma vie je suis en transition: je deviens plus entière, plus « activiste » dans ma volonté de d’aligner ma vie et mon discours avec mes convictions.

Bref, la seconde partie du mois de juin et le début du mois de juillet ont été bien remplis. Fin de l’école pour la grande (et donc expéditions à la plage à un adulte et deux petits, toute une aventure), début de la garderie pour le petit, cours de yoga, et ma formation par laquelle j’apprends énormément chaque jour… Mais deux sujets se sont surtout imposés à moi pendant cette période: les ajustements à apporter à mon quotidien pour soigner ma thyroïde, et l’importance croissante du véganisme dans ma vie.

D’une part, je voulais avancer dans ma guérison de la thyroïde par des moyens naturels (alimentation, mode de vie, sommeil…). C’est un vrai challenge pour moi étant donné que je n’ai jamais fonctionné sans aucun médicament depuis le début de l’adolescence. j’ai beaucoup expérimenté sur le sujet depuis février. La base de mon « traitement » a été la mise en place d’une routine quotidienne de méditation, et ce depuis le début de l’année. Je me suis aussi astreinte à me coucher plus tôt, même si ceci ne garantit pas des nuits de sommeil vraiment réparatrices quand on a deux enfants en bas âge (work in progress, donc). J’ai aussi incorporé des exercices de respiration réguliers à mon quotidien. Une autre composante importante de la guérison est l’alimentation: là dessus j’ai beaucoup expérimenté, et je commence à trouver un rythme de croisière. Finalement, début juillet, je suis allée faire mes analyses sanguines, pour voir où j’en étais – dans la mesure où je ne prenais plus que la moitié de ma dose d’hormones initiale. J’étais assez anxieuse, compte tenu du discours médical sur le caractère « incurable » des maladies thyroïdiennes. Et là surprise, ma thyroïde était en grande forme! J’ai donc de nouveau divisé ma dose par deux, et j’arrêterai complètement les médicaments vers la fin de l’été si tout va bien. Je vous rédigerai un peu plus tard un topo complet et détaillé sur ce que j’ai fait – mais n’étant pas encore au bout de ce chemin, je préfère persévérer et croiser les doigts pour le moment! Par ailleurs, je ne conseille pas à qui que ce soit d’expérimenter avec sa santé sans l’accompagnement solide d’un professionnel médical. On ne joue pas avec les hormones…

D’autre part, dans cette quête d’harmonie et d’alignement au sein de ma vie – et donc de volonté de vivre plus en accord avec mes principes – il était logique que le véganisme prenne plus d’importance dans mon quotidien. Mon alimentation était déjà végane à quatre-vingt quinze pour cents depuis le début de ma dernière grossesse (et pour anticiper toute question, oui, notre fils était dans une forme éblouissante à sa naissance, au point de naître tout seul en quarante cinq minutes à la maison, mais c’est un autre sujet) – et avant cela, j’étais déjà végétarienne depuis des années. Ceci dit, il m’arrivait occasionnellement d’acheter des yaourts ou de cuisiner au beurre, et surtout, d’acheter des chaussures (trop souvent) en cuir, ou ce genre de choses, me disant qu’il n’y avait de toutes façons pas d’alternative satisfaisante (satisfaisante pour qui? Moi ou la vache qui a servi à fabriquer mes baskets?). Et puis, mon « souhait » de ne pas trop aborder le sujet par souci de ne pas déranger, d’être discrète. Bref. Aujourd’hui, je ne veux plus de cette dissonance cognitive. Je veux défendre ce en quoi je crois – à savoir la non exploitation et le respect de toute forme de vie ainsi que la préservation de notre environnement. Et aujourd’hui, il se trouve que ces deux aspects passent en pratique avant tout par le véganisme. Parce qu’il n’y a pas de raisons que les animaux nous servent, et parce que le mode de vie vegan est à mes yeux le plus respectueux pour notre environnement. Et puis, parce qu’on n’a pas besoin d’exploiter les animaux pour survivre, malgré ce que certains disent. Je serai amenée à développer ce sujet assez longuement par la suite, compte tenu de ma position actuelle, et ferai en sorte d’apporter tous les éléments nécessaires pour que ceux qui le souhaitent – mais qui manquent d’assurance sur la question – puissent sauter le pas. Pour un mode de vie plus respectueux, durable, et heureux. Plus humain.

Bref, j’ai l’impression de démarrer une aventure fantastique, sur la voie de la guérison, du progrès et de l’harmonie. Bien sûr, il y a des difficultés et des moments moins enthousiasmants que d’autres, mais l’intention et le coeur y sont.

Profitez de votre journée et prenez soin de vous!

Namaste

English version

Hello everyone,

It has been too long since the last time I wrote a post here, and I did have trouble sitting to write this one, even though I have so many things to say right now! Anyway, I most probably lacked self-confidence to tell you about all of that, as at this stage of my life I’m becoming more « whole », uncompromising, more « activist » in my will to align my life and speech with what I believe.

Anyway, June and July have been quite full with our eldest finishing school and then our youngest starting nursery, with yoga classes, and also my very enriching holistic health training course. However, two main topics imposed themselves on myself (is this sentence making any sense?): the ways to adapt my life in order to heal my thyroid, and veganism.

One one hand, I wanted to move forward in naturally healing my thyroid – which has been an ongoing process since February, when I found at some people managed to do so, despite what doctors say. It was a real challenge to me as I have never been without any hormonal medication since my early teenage years. Yep. I experimented a lot with this topic. The basis of my « treatment » was a daily meditation routine. I also obliged myself to go to bed earlier – even though it does not guarantee a good night of sleep when you have two little kids. I also incorporated breathing exercise into my daily life. Furthermore, I experimented with food a lot, and I may be finding the right balance to support my energy levels at the moment. Anyway, at the beginning of July I went to have my blood levels checked – and I was quite anxious given that doctors say that thyroid disease cannot be healed and you have to stick to the hormonal replacement your whole life.  I had a big surprise as my thyroid was in great shape (and I was only taking half of my initial medication dose). So I ended up dividing my medication by half once again, and I hope I’ll be able to stop it completely toward the end of the summer (it’s not carved in stone though, no absolute goals here!). I will definitely share the full journey later, but as I’m only half way I can just persevere and cross my fingers. Also, obviously I DO NOT recommend to experiment with your health without the help of a medical professional. Let’s not play with hormones…

In the other hand, as I was craving more harmony and alignment within my life – and so I was looking for a way to live more in consistency with my principles – it was only logical that veganism became more essential to me. I had already been eating ninety five percent vegan food since the beginning of my second pregnancy (and yes, our son was in perfect health when he was born – so healthy he was born « on his own » in forty five minutes at home but that’s another story…), and before that I had been vegetarian for years. However, I was still eating yogourts from time to time, and sometimes cooking with clarified butter, and I was still buying (a lot of) leather shoes and bags – convincing myself that there was no satisfying alternative (satisfying for who? me or the cow my shoes are made of?). Also, I did not want to talk too much about veganism as I wanted not to bother and favored discretion…over my beliefs. Anyway. Now I want to end the cognitive dissonance, and I want to stand up for what I believe – the non-exploration and respect of all forms of life, and protecting our environment. And veganism is about all of this. Because there is no valid reason to exploit animals, and because the vegan way of life is to my life the most sustainable. I will talk more about this very soon, given my position. I would like to give those who are interested many elements so they can take a step towards a more sustainable, respectful and happy way of life. A more human life.

Anyway, I feel I’m starting a wonderful journey, a health, personal development and alignment journey. Of course they are difficulties, and some moments are less thrilling than others, but my intention and my heart are there.

Enjoy your day and take care!

Namaste