Repenser nos week-end / Let’s rethink our week-ends

20161112_132539.jpg
Un peu de yoga, plus de nature, et le minimum d’impératifs. Ralentir! / A little bit of yoga, more nature, and few obligations. Slowing down!

Bonjour à tous,

Pendant des années, j’ai cru que les week-ends devaient être optimisés au maximum, chaque instant se devant d’être utilisé pour ne pas être perdu, avec une volonté de productivité permanente.

J’avais un planning aussi rempli que les autres jours de la semaine, entre tâches ménagères (les courses du samedi matin, le ménage…), activités culturelles (le musée du dimanche matin, la séance de cinéma) et sociales (le café du samedi après-midi, la soirée entre amis et le date night…). Bref, j’avais plein de choses à raconter le lundi matin, mais pour ce qui était de recharger mes batteries et de me ressourcer, on était loin du compte.

Et puis, nous avons eu des enfants, et ce rythme est devenu éreintant. Nous n’avons pas abandonné les week-end marathons pour autant. Dans la même période, le yoga et la méditation ont pris une place plus importante dans ma vie, et j’ai commencé à réaliser la valeur du temps, la valeur de l’espace, et la valeur du vide. J’ai commencé à avoir l’impression que le temps « objectivement » utilisé ou socialement « productif » (aller au cinéma et voir un film moyen, parfois aller au musée pour voir une expo parce que ça fait bien plus que parce qu’on en avait vraiment envie) est parfois le temps perdu, ou le moins apprécié. De plus en plus, j’ai eu le sentiment que les moments les plus insignifiants socialement – les minutes passées à se rouler par terre sur le tapis avec les enfants, le thé bu en regardant par la fenêtre, et, par dessus-tout, la sieste du week-end – étaient les plus satisfaisants. Les plus reconstituants. Et les plus porteurs de sens.

Et c’est comme ça que ma vision du week-end a commencé à changer. Prévoir moins de choses, et plus d’espaces de vide, ralentir, porter son attention aux petites choses du quotidien. Sortir si on a envie de sortir, s’emmitoufler dans le canapé si ça nous fait du bien. Dans cette démarche, Je m’offre à présent quasi-systématiquement une journée « sans réseaux sociaux », souvent du samedi midi au dimanche midi voire jusqu’au soir. Et ça, c’est génial aussi. ça me permet de me recharger vraiment. Je n’ai rien contre les réseaux sociaux, mais boire son thé sans scroller son écran, comme en 1997, ça fait un bien fou. Et ne porter son attention que sur ce qui est là, autour de soi, c’est tout simple mais c’est extraordinaire.

Du coup, aujourd’hui, nos week-end comportent (presque) toujours des siestes, souvent une balade dans la nature, parfois un restaurant, des balades en ville, et éventuellement un cours de yoga. Mais pour le reste, on laisse le temps ralentir. Et si l’ennui veut s’installer et nous apporter ses élans de créativité ou de spontanéité, il est la bienvenue.

Et vous, que faîtes-vous de vos week-ends? Êtes vous plutôt Marathon ou Contemplation? (ou Marathon contemplatif, c’est une option!)

Prenez grand soin de vous et profitez de votre journée!

Namaste

Hello everyone!

For years and years I firmly believed that my week-ends had to be efficiently optimized, that each moment had to be occupied and used or would otherwise be lost. Productivity ruled my life.

My planning was as full as for the other days, with housework, cultural activities, social activities, sports…I had a lot of stuff to tell On Monday morning, but I could not say I was really recharged.

Then, we had kids and this rhythm started to be really exhausting. However we did not let go of our Marathon week-ends – doing stuff is existing right? Meanwhile, yoga and meditation became more important to me, and I started to realize the value of time, space, gaps, and nothingness. I started to realize that the time that I thought was best used (going to the cinema and seeing an average movie, going to see an exhibition more because of social status than because I really wanted to see it) was sometimes actually lost and not really enjoyed.  I started to feel that the most socially insignifiant moments – like rolling around on the living room carpet with the kids, drinking tea while watching trees through the windows, or napping – were the most important ones. The most enjoyable, the most restorative and meaningful.

And this is how my vision of the week-end began to shift. Planning less stuff, leaving more empty space, slowing down, and focusing on small daily things. Going out if we want to, and wrapping ourselves up in a blanket and sitting on the sofa if we prefer to. With the same idea, I started to offer myself a day without any social networks, generally from Saturday at lunch until Sunday afternoon or evening. This recharges me greatly, and although I have nothing against social networks, I love drinking my tea without scrolling my screen. Like it is 1997, but better. And focusing only on what’s there. It is very simple but it is wonderful.

So nowadays, are week-ends almost always include a nap, some kind of walk in nature, sometimes a restaurant, a stroll in town, and sometimes a yoga class. But for the rest, it is a lot about letting time slow down. And if boredom invites itself and brings us its momentum for creativity and spontaneity, it is most welcome.

And you, what are your week-ends about? Are you more Marathon or Contemplation (or Contemplative Marathon!)?

Enjoy your day and take very good care of yourself,

Namaste!