Off my mat – Comment faire face aux difficultés et à l’incertitude? How to deal with difficulties and uncertainty?

20160423_174952
Quand on ne peut pas s’échapper dans une superbe petite crique cachée: respirer, se relaxer et se souvenir que tout ira bien au bout du compte – When you cannot escape to a beautiful hidden cove: Just breathe, relax and remember that everything will be alright in the end

Bonjour à tous!

Aujourd’hui je soulève une question à laquelle je ne vois pas de réponse universelle…On a tous nos propres solutions pour faire face aux difficultés, généralement construites et améliorées par essai/erreur au cours de notre vie!

Pour ma part j’ai toujours été d’un naturel assez angoissé à tendance catastrophiste. Enfin toujours je ne sais pas, mais depuis au moins vingt ans (soit les deux tiers de ma vie), ça c’est sûr. Peu reluisant non? Pendant longtemps, mon naturel anxieux m’a (trop) impacté au quotidien, m’empêchant parfois d’agir par peur de l’échec, ou au contraire me poussant à élaborer de multiples plans d’actions (plan A, plan B, plan C….les catastrophistes s’y retrouveront peut être). Parfois efficace, mais souvent inutilement épuisant. Ainsi, dès que la difficulté se présentait, j’avais cette sensation de constriction au niveau du plexus solaire et des trapèzes, et mon cerveau partait en mode apocalypse. Je caricature sans doute, mais pas tant que ça.

Mais je parle au passé: est-ce vraiment différent aujourd’hui?

Disons que j’ai pris conscience de mon naturel anxieux (ce n’est pas peut être pas mon naturel d’ailleurs, mais c’est un état que je côtoie depuis suffisamment longtemps pour le considérer comme tel). Et  disons qu’au lieu de le « combattre » (au sens violent du terme) ou de l’ignorer, j’essaie plutôt de prendre soin de moi et de « rassurer » mon esprit.

Lorsque j’entreprends une action ou un projet qui me tient à coeur, je veille à faire vraiment de mon mieux – à cent pour cent – pour ce qui dépend de moi- afin que cette action/ projet aboutisse. Pas question de faire les choses à moitié en se disant que de toutes façons l’échec est probable. Puis, je m’en remets au Ciel/à l’esprit universel/au destin /(remplacez par ce qui convient selon vos croyances ou non croyances personnelles). J’ai fait mon maximum, donc j’accepte l’imprévu, cette part du projet qui ne dépend pas de moi, et contre laquelle je ne peux aller. Cette dernière partie est de loin la plus difficile: elle implique pour moi de prendre conscience de l’anxiété causé par la situation – et je le ressens physiquement au niveau du plexus solaire – puis de me concentrer sur ma respiration afin de me ré-approprier l’espace « volé » par l’anxiété. Dans mon cas, ceci  implique aussi de méditer tous les jours (ou presque), afin de remettre les choses en perspectives et généralement (toujours) finir par réaliser que – quoi qu’il arrive, tout ira bien.

Et vous, comment faîtes-vous face à l’imprévu et aux difficultés?

Profitez de votre journée et prenez soin de vous!

Namaste

English version

Today I’m raising this question but I do not think that there is a universal answer…We all build our own solutions to cope with difficulties, generally built and fine-tuned through trial and mistake in the course of our lives!

I have always tended to be a quite anxious/ catastrophist person. Well always I am not so sure, but at least for the last twenty years – so two thirds of my life. No very glossy isn’t it? For an long time, my anxiousness impacted my daily life a lot, sometimes preventing me from acting the way I wanted – fearing failure- or on the contrary pushing me to elaborate plans A and B and C for any worst case scenario. Which could sometimes be efficient, but most of the time is uselessly exhausting. When I faced a difficulty, I had this feeling of constriction in the solar plexus and shoulders, and my brain went to apocalypse mode. I may caricature a bit, but not so much.

I’m using the past…Is it really different now?

Well at least I have acknowledged my anxious « nature » (which may not be so natural but which has been with me for so long that I consider it like that) instead of ignoring it. And, instead of fighting it (with some figurative « violence »), I try to take care of myself and reassure my mind. 

When I take action towards a project that is important to me, I make sure of doing my very best – one hundred per cent – instead of doing things by half (like, « because it is very likely that I will not succeed anyway »). Then I surrender to the Sky/ the Universal Spirit/ Destiny / (fill the blank with whatever works for you depending on your beliefs or no-beliefs). I do the maximum and then I accept the unexpected and this aspect of the project that does not depend on me. This last part is by far the most difficult, as it involves being aware of the anxiousness created by the situation (or by me living this situation) and that I physically feel in my solar plexus for example – and then breathing to regain the space « stolen » by anxiety. In my case, it also involves meditating every day – or almost- in order to reflect on things and often – always- come to realize that whatever happens, everything will be alright in the end.

How do you face difficulties and uncertainty?

Enjoy your day and take care!

Namaste

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s