Off my mat – Se faire masser enceinte?

Spa still life with aromatic candles,orchid flower and towel.

Lors de ma première grossesse, je n’ai pas pris le temps de me faire masser. J’ai l’impression que ces mois sont passés très vite, et avec le recul je n’ai peut être pas assez « exploré » cet état exceptionnel et extraordinaire!

Cette fois-ci, dès le début de la grossesse je me suis dit que je souhaitais essayer les massages « prénataux ». Il faut savoir que j’apprécie énormément les spas et massages de façon générale, et que j’essaie de ne pas perdre une occasion de prendre le temps de me ressourcer dans ce type d’environnements. J’y reviendrai!

Bien sûr je peux comprendre que toutes les femmes enceintes ne souhaitent pas se faire masser (de même que beaucoup de personnes, sans être enceintes, n’aiment pas les massages!). Le rapport au corps pendant cette période est très particulier, et peut être assez ambivalent voire conflictuel. Pour ma part je me sens bénie, et j’essaie de prendre soin de ce corps qui me permets de vivre un tel miracle.

On peut lire ici et là que le massage prénatal est bénéfique à la fois pour la maman et le bébé. Je ne saurais pas dire ce qui est bon ou non pour l’enfant – mais je me dis que si c’est bon pour moi, c’est bon pour lui? En tous cas en terme de relaxation et de sensation de bien-être on fait difficilement mieux! Je le conseille donc à toutes les futures mamans.

Si vous souhaitez essayer un tel massage, vous verrez qu’on vous demande en général d’attendre le quatrième mois de la grossesse. C’est vrai pour la plupart des activités « femmes enceintes » en réalité, puisque les trois premiers mois sont souvent considérés comme une période « à risque » (ce qui est assez frustrant quand on est en début de grossesse et angoissée, j’y reviendrai). Pour ma part, j’ai bénéficié de mon premier massage prénatal au cours du quatrième mois, et franchement j’ai senti mon dos et mes épaules revivre!

On dit également que ces massages sont bénéfiques surtout au cours du second semestre, et peut être un peu moins sur la fin. J’en suis pour ma part au sixième mois, je vous dirai donc ce qu’il en est car je compte en profiter aussi tard que possible…

Je partagerai avec vous mes différentes expériences et adresses pour des massages prénataux. Pour l’heure, voici quelques arguments (propres à mon expérience en tous cas) pour vous faire masser!

-C’est un moment privilégié, de soi avec soi et avec votre futur enfant – on est alors dans une bulle où tout est fait pour se sentir bien
-Le massage prénatal est extrêmement doux et très réconfortant – cela peut vous permettre de vous abandonner et oublier vos potentielles angoisses pendant une heure…ou plus!
-Les bénéfices en terme de relaxation sont immédiatement ressentis – notamment concernant le relâchement des tensions musculaires
-Ces moments de lâcher-prises seront sans doute un peu moins nombreux dans quelques mois, c’est le moment d’en profiter!

Bon massage à toutes!

Publicités

Comment le yoga est-il venu à moi?

Aujourd’hui je souhaite partager avec vous ma découverte du yoga – dont je suis reconnaissante chaque jour.

Si je recommande la pratique du yoga à tout le monde et en fais fréquemment l’apologie auprès de mon entourage, il y a quelques années j’étais complètement étrangère à cette pratique.

J’ai pris mon premier cours de yoga en Irlande il y a une dizaine d’année, alors que j’étais étudiante en programme Erasmus. A l’époque, j’ai apprécié mais sans plus et je n’ai pas creusé le sujet. Ce n’était sans doute pas encore le bon moment pour ma rencontre avec le yoga! Et avec le recul mon rapport à mon corps et à ma spiritualité n’étaient sans doute pas encore assez apaisés.

Le yoga est revenu à moi quelques années plus tard, alors que je traversais une « crise » de santé qui m’a fait questionner mon histoire, mon corps, et ce que je pouvais en attendre. J’étais désespérée – et lorsque ce genre de situation se présente, je cherche très rapidement un plan d’action car je sais que je pourrais facilement m’enfermer et sombrer. J’ai alors eu la connaissance d’une journée « portes ouvertes » au centre de yoga Sivananda à Paris, et mon mari et moi nous y sommes rendus. Nous avons assisté à une démonstration d’asanas puis à un cours d’initiation, et j’ai tellement aimé ces moments que je me suis inscrite à un cycle de cours pour débutant. Par la suite, j’ai continué les cours au sein de cette école, et les ai complétés par des cours de vinyasa yoga et de yoga Iyengar dans d’autres centres – je papillonnais et étais curieuse de tous les styles.

Je me suis progressivement prise de passion pour cette pratique, et j’ai souhaité me tester en suivant une première formation de professeur aux Etats-Unis – l’occasion s’est présentée très naturellement et je ne me suis pas posé de questions. C’est après cette formation que ma pratique a évolué pour devenir quasi-quotidienne. Finalement, l’an dernier, traversant un nouvel épisode douloureux, j’ai voulu tester le yoga ashtanga (je reviendrai plus tard sur les différent types de yoga). J’y ai trouvé le rythme, la structure et l’état d’esprit dont j’avais besoin, et c’est cette pratique que je poursuis aujourd’hui.

Ce qui me frappe dans ma relation avec le yoga ces dernières années, c’est que tout s’est fait très naturellement, et presque à mon insu, comme si c’était le yoga qui était venu à moi et non l’inverse. Chaque rencontre s’est faite simplement  – sans réflexion de ma part – et j’en suis très reconnaissante!

J’en suis donc venue à penser que le yoga est mon dharma, et j’accepte de vivre les prochains surprises que ma pratique me réservera.

Le yoga peut se rencontrer à toutes les occasions de la vie et en y cherchant différentes choses. Pour peu qu’on soit prêt, l’important est de laisser la pratique venir à soi car elle a énormément à apporter!